Le Service Historique de la Défense

Le bois de Vincennes devient une forêt royale un peu avant 1037. Une première résidence royale, vraisemblablement un pavillon de chasse, y existe avant 1158.

SHD vue exterieure d'ensemble.jpg

Jean II (1350-1364) fait entreprendre, en 1361, à cent mètres au sud-ouest du manoir, un énorme donjon, qui est achevé en 1369, sous le règne de son fils Charles V (1364-1380).

Puis, de 1373 à 1380, Charles V entoure toutes les constructions antérieures, dont le vieux manoir, par une très vaste enceinte rectangulaire de 378 mètres sur 175, très bien conservée aujourd’hui.

Entreprise en 1379, à la fin du règne de Charles V, la construction de la chapelle est poursuivie par François Ier. Terminée sous Henri II par Philibert Delorme, qui respecte le style gothique initial, la chapelle est inaugurée sans ses vitraux en 1552.

 

Le pavillon du roi et le pavillon de la reine

 

Après l’assassinat en 1610 de son époux le roi Henri IV, Marie de Médicis vient se réfugier à Vincennes avec son jeune fils Louis XIII (1610-1642). Elle y fait entreprendre d’importants travaux de rénovation et, à l’emplacement du pavillon de Louis XI et de François Ier, fait bâtir un nouveau bâtiment tout en longueur. Doublé en largeur par l’architecte Le Vau, sur l’ordre de Mazarin et de Louis XIV (1643-1715), il est à l’origine de l’actuel pavillon du Roi, complété dans un second temps par son symétrique, le pavillon de la Reine. Parallèlement à ces constructions réalisées entre 1654 et 1660, Le Vau rénove profondément Vincennes, où le jeune Louis XIV réside assez souvent jusque vers 1671. A partir de 1671, Louis XIV et sa cour s’installent définitivement à Versailles. Le château de Vincennes est alors laissé à l’abandon. On y installe quelques manufactures, avant que la Révolution, en y transférant l’arsenal de Paris en 1796, ne lui donne une vocation militaire : caserne et arsenal principal de Paris sous le premier Empire, puis fort de seconde ligne de l’enceinte de la capitale bâtie après 1840.

 Une résidence de la cour

Sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223), Vincennes devient l’une des résidences de la cour. La demeure royale n’est alors qu’un manoir fortifié de plan carré, d’une soixantaine de mètres de côté, qui s’entoure progressivement d’hôtels, occupés par les proches des souverains, et de bâtiments annexes, destinés aux services domestiques.

A partir du règne de Louis IX (1226-1270) jusqu’à celui de Philippe VI (1328-1350), le manoir de Vincennes est la principale résidence des souverains de l’époque, après le palais de la Cité à Paris, ainsi que le lieu où sont organisés mariages, réunions politiques, grands procès ou encore assemblées de l’église de France.

La guerre de Cent Ans entraîne une modification complète du site.

Le Fonds d'archives

L’ensemble des archives représente plus de 450 kilomètres linéaires d’archives et de documents de tous supports, publics et privés, qui reflètent l’histoire de la nation en armes et du fait militaire depuis le XVIIe siècle jusqu’aux opérations extérieures les plus récentes.

 

Les archives de la Guerre, de l’armée de Terre et de la Défense,

correspondant à la famille de cote GR, regroupent les archives produites de la guerre de Trente Ans à nos jours par le département puis le ministère de la Guerre, par l’état-major et les unités de l’armée de Terre, par l’administration centrale et les services du ministère des Armées, par les organismes interarmées (comme l’état-major des armées) et interministériels (à l’instar du SGDSN), sans oublier l’administration militaire outre-mer, la justice militaire, le bureau Résistance et les services de renseignement. On y trouve aussi bien des archives opérationnelles (journaux de marches et opérations, notamment ceux de la Première Guerre mondiale) et politiques (de la correspondance de Napoléon aux dossiers des cabinets ministériels) que des archives administratives (registres matricules, dossiers individuels) ou techniques (fonds du Génie).

 

 En ce qui concerne la Marine, sont conservées à Vincennes les archives

dites centrales de l’institution depuis la Révolution française, que complètent les archives portuaires conservées à Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon ou encore les archives d’Ancien Régime consultables aux Archives nationales. Il s’agit de la production du ministère et de l’état-major de la Marine, des directions et services centraux ainsi que des attachés navals. On y trouvera par ailleurs les dossiers individuels des officiers de Marine et corps assimilés depuis le milieu du XVIIIe siècle ou encore les archives produites par les unités à terre ou en mer au cours des guerres et opérations du XXe siècle.

 

 Plus récentes, les archives de l’armée de l’Air n’en sont pas moins d’une grande richesse : archives de commandement et archives opérationnelles émanant du ministère de l’Air, de ses services, de l’état-major, des bases aériennes ou des unités, archives techniques, dossiers d’objectifs ou d’accidents aériens, dossiers individuels permettent de retracer l’histoire de l’armée de l’Air depuis les prémices de la Première Guerre mondiale.

 

 Quant aux archives de la Gendarmerie nationale, elles ont fait l’objet d’une centralisation tardive qui explique que les fonds ne soient pleinement cohérents qu’après 1940, même si l’on peut consulter des archives remontant à la seconde moitié du XIXe siècle. Classés en fonction de leur provenance, ces fonds concernent le commandement supérieur et les organismes centralisés, la gendarmerie départementale, la gendarmerie mobile, la Garde républicaine, les gendarmeries spécialisées, les écoles, les prévôtés et les autres formations et unités implantées hors du territoire français.

SHD la-salle-de-lecture.jpg
La salle de lecture
Inscription des lecteurs

 

La salle de lecture Louis XIV du Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes est accessible à toute personne titulaire d’une carte de lecteur.

 La carte de lecteur est délivrée gratuitement sur présentation

d’une pièce d’identité officielle en cours de validité avec photographie (carte d’identité, passeport, permis de conduire ou carte de séjour).

La carte de lecteur est personnelle, obligatoire et valide durant une année civile.

Une fiche de renseignements est à remplir sur place lors de l’inscription.

Un formulaire d’inscription à distance est disponible sur le site Internet, rubrique « Services à distance », onglets « Consulter à Vincennes / S’inscrire ».

 

Consultation des archives

 

  La grande majorité des archives sont communiquées sur réservation préalable uniquement. Un délai d’environ une semaine est à prévoir pour obtenir la communication des documents.

 

  Réserver à distance 

Le formulaire de réservation est disponible sur notre site Internet dans la rubrique « Services à distance », onglets « Consulter à Vincennes/Réserver des documents ».

 

  Réserver sur place 

Le formulaire de réservation est disponible auprès de la présidence de salle et à la permanence d’accueil scientifique.

 

 Certains documents doivent cependant être commandés directement en salle de lecture, sans réservation préalable.

 
 Consultation des documents de bibliothèque
 

Les livres et périodiques sont communiqués sans réservation préalable du lundi au vendredi.  Des levées quotidiennes ont lieu à 09h30, 11h, 13h30 et 15h. La réservation est obligatoire pour consulter des ouvrages le samedi.